L'e.magazine de l'établissement public spécialisé en santé mentale Ville-Evrard

Psychiatrie publique 93

Unité de pédo-psychiatrie périnatale

Missions, principes directeurs

Rattachée à l’un des intersecteurs de psychiatrie infanto-juvénile de Seine Saint Denis (93I03), soit inscrite dans le champ sanitaire, notre unité a, de par cette affiliation, une double mission de prévention et de soins en santé mentale.

Son objet, dans le champ périnatal, recouvre l’ensemble des troubles relationnels précoces susceptibles de compromettre durablement le devenir affectif et cognitif des tout petits : que ces troubles soient liés à une psychopathologie parentale, antérieure ou non à la grossesse ou à l’accouchement, à des antécédents de malformation ou de mort concernant un bébé dans l'histoire familiale, et/ou qu’ils soient induits par des situations médicales à haut risque telles que la prématurité.

Dans tous les cas, les troubles de la mère, du père et/ou les signes de souffrance psychique du bébé y sont  appréhendés selon un modèle « résolument interactif », et toujours replacés « dans le contexte du continuum périnatal : une période comprise entre la conception et, selon les auteurs, les premiers mois de la vie (…) ou la fin de la deuxième année du no urrisson (…) » (Missonnier, 2003).  

Importance du travail indirect, impliquant un échange et une coopération soutenue, dans une pluridisciplinarité essentielle, avec l’ensemble des équipes et professionnels en lien avec les nouveaux-nés et leurs familles ; anticipation, autant que faire se peut, des situations à risque; attention portée aux conditions de la rencontre avec les parents et leur bébé, afin que celle-ci puisse être l’occasion d’une alliance thérapeutique minimale sans laquelle aucun soin psychique ne saurait s’instaurer ; souci, enfin, pour un cadre thérapeutique contenant et garant de continuité en dépit de la multiplicité des lieux et des personnes intervenant auprès des bébés et de EPSVE.

[...]

Le travail de liaison de l'unité au sein du pôle mère-enfant 

Cette activité doit selon nous être guidée par un double souci d'anticipation et de continuité: ce tant au sein même du pôle mère-enfant de l'hôpital, où certaines situations impliquent et parfois simultanément plusieurs services, que dans les liens unissant l'hôpital avec l'extérieur. EPSVE. IO3, unité de psychiatrie périnatale,  lettre d’un embryon - page 4 

Dans ce cadre, l'intervention des membres de notre unité au sein de l'hôpital peut s'effectuer de façon directe auprès du nouveau-né et/ou de son (ses) parent(s), soit de façon uniquement indirecte à travers un travail de liaison avec l'équipe somatique concernée.

Collaboration avec la psychiatrie adulte et le service de psychiatrie de liaison de l’hôpital (CAUP). 

  • en amont de la naissance : dans le cas d’une mère  suivie pour une pathologie psychiatrique, et dans un souci de continuité entre le prénatal et le postnatal, l’unité de psychiatrie périnatale peut, à la demande de la psychiatrie adulte, et si son intervention conjointe apparaît nécessaire par rapport à l’évolution du  lien parent-enfant, intervenir dès la grossesse. 
  • en aval de la naissance : si un parent se révèle présenter une pathologie psychiatrique claire dans le cadre de la maternité ou lors du séjour de son enfant en néonatalogie, l’unité de psychiatrie périnatale, si elle a été appelée en premier, peut à l’inverse demander la collaboration du service de psychiatrie de liaison.  
  • en cas d’urgence psychiatrique enfin, l’intervention de la psychiatrie adulte est indiquée en première intention.   EPSVE. IO3, unité de psychiatrie périnatale,  lettre d’un embryon 

Collaboration avec les psychologues de la consultation protection maternelle  

Dans le cadre de l’accompagnement psychologique de la grossesse, les psychologues de la consultation PM ont une double mission de prévention et de protection de l’enfance. 

  • dans le cadre, notamment, du staff médico-psycho-social, ces dernières peuvent ainsi faire appel à l’équipe de psychiatrie périnatale dans les situations où une prise en charge thérapeutique du lien parents-bébés leur apparaît nécessaire, ce dès la grossesse ou après la naissance de l’enfant.  
  • de même l’équipe de psychiatrie périnatale fait si besoin connaître au staff médico-psycho-social, ainsi qu’aux équipes concernées, les situations dont elle peut être avertie dès la grossesse par des professionnels extérieurs à l’hôpital (services de  PMI et/ou de protection de l’enfance, services de psychiatrie adulte, intersecteurs de pédopsychiatrie, etc.). 
  • enfin, l’unité de psychiatrie périnatale peut être appelée à participer à l’évaluation et/ou à la prise en charge de situations psycho-sociales impliquant un risque important de maltraitance et/ou de négligence du bébé à venir : dans ces cas, elle reste cependant juge de la pertinence comme des cadres de son intervention : la première requérant une alliance thérapeutique minimale avec les familles, les seconds une claire délimitation de la place de chaque institution dans de telles prises en charge.   

Collaboration avec les psychologues attachés au service de pédiatrie.  

Outre la continuité de prise en charge proposée par le psychologue de l’unité entre l’unité de GHR et  la néonatalogie, la pluridisciplinarité de notre équipe et l'inscription de son activité de liaison dans le cadre d'un dispositif de prévention et de soins plus large visant à assurer une continuité de prise en charge entre l'hôpital et les communes alentour, nous semblent à même de délimiter, non pas les spécificités, mais les champsd'intervention privilégiés de l'unité de psychiatrie périnatale au sein des unités de pédiatrie et de néonatalogie de l'hôpital :  

  • en premier lieu, l'intérêt de son intervention dans les situations cliniques concernant les bébés et  parents des communes entourant l'hôpital et impliquant, au-delà de l’hospitalisation, un travail de lien soutenu avec l'extérieur. 
  • en second lieu, son implication potentielle dans un travail pluridisciplinaire visant à ne pas faire  des spécialistes du soin psychique les seuls récepteurs, obligés, de toute souffrance subjective, mais bien à permettre une meilleure prise en compte par l'hôpital 
  • dans les dispositifs d'accueil, de soins, mais aussi de relais avec l'extérieur, soit dans le quotidien du travail des équipes - des dimensions psychiques à l'oeuvre dans le champ périnatal.   Collaboration avec la psychologue attachée au service de réanimation adulte.  Les psychologues de l’unité, enfin, peuvent être appelées dans les situations où une mère se trouve hospitalisée en réanimation adulte alors que son enfant se trouve en suites de couches ou en néonatalogie : dans ce cadre, ils travailleront en étroite collaboration avec la psychologue du service dans tous les cas impliquant un coma maternel , champ psychique particulier à la réanimation adulte. 

Contacts

Benoit Quirot
pédopsychiatre
responsable de l'unité

53-55, boulevard de la Boissière
93130 Noisy-le-Sec
Tél. 01 48 58 96 04

 

 

Consulter

La "lettre d'un embryon"
texte sur le projet d'unité rédigé par
Benoit Quirot en 2009
Télécharger