Secteurs adultes et ados G01, G02, G03, G04, G05, G06, G07, G08G09, G10, G11, G12, G13, G14, G15, G16, G17G18 I Secteurs infanto-juvénile I01I02, I03, I04I05

L'e.magazine de l'établissement public spécialisé en santé mentale Ville-Evrard

Psychiatrie publique 93

Troubles psychiques

Le risque suicidaire est associé à une fragilité psychique, qui se manifeste par : anxiété, tristesse, fatigue, irritabilité, troubles du sommeil, sentiment d’échec, l’isolement...La France fait partie des pays européens ayant un des taux de suicides le plus élevé.

Le risque suicidaire est associé à une fragilité psychique au départ, qui se manifeste à travers différents indicateurs, comme : l’anxiété, la tristesse, la fatigue, l’irritabilité, l’agressivité, les troubles du sommeil, un sentiment d’échec, d’inutilité, de dévalorisation, l’impuissance à trouver des solutions à ses problèmes, des troubles du comportement alimentaire, des troubles addictifs, l’isolement.

Les signes de haut risque sont : le désespoir, une souffrance psychique intense, la réduction du sens des valeurs, un goût pour le morbide, la recherche d’armes à feu.

Des signes de très haut risque peuvent être une accalmie suspecte ou un comportement de départ.

Qui est concerné ?

Selon l'INSEE, en 2010, le taux de mortalité par suicide est de 14,7 pour 100 000 habitants (INSEE). Il se situe nettement au-dessus de la moyenne européenne (10,2 pour 100 000 habitants).

La sous-estimation du nombre de suicides est évaluée à environ 20% du fait d’un classement dans d’autres catégories de mort violente. On constate un léger recul du taux brut de suicides depuis 1993 (environ 2% par an, tout âge confondu).
Une politique active de prévention a contribué à la baisse de l’ordre de 20 % du nombre de décès par suicide en France entre 1986 et 2010. Au cours de ces vingt-cinq années, le nombre de morts est passé de 12 525 à 10 3343.

Selon une étude menée en 2010 sur douze mois , 3,9 % des personnes interrogées, âgées de 15 à 85 ans, déclaraient avoir eu des pensées suicidaires et 0,5 % avoir fait une tentative de suicide. Une extrapolation de ces données à l’ensemble de la population montre donc que plusieurs dizaines de milliers de personnes seraient concernées.

Plus d'infos sur le site du psycom.org